• PARASHAH פָּרָשָׁה

     

     

     

    PARASHAH פָּרָשָׁה

     

     

    PARASHAH פָּרָשָׁה

    cristallyne 

     

     

     

    La PARASHAH est la portion hebdomadaire ( פרשת השבוע Parashat hashavoua)  de la Torah lue publiquement par les juifs le Shabbat.

    La Torah ( les 5 livres du Pentateuque ) sont lus de cette manière en une année depuis la fête de Sim'hat Torah jusqu'à celle de l'année d'après. 

    LA PARASHAH est divisée en portions, elles-mêmes divisées en versets, mais non en chapitres (les érudits Juifs modernes utilisent le partage des textes bibliques en chapitres par facilité,  seulement pour l'étude et non pour le rite). 

    Le découpage en parashiot n'apparaît pas dans le rouleau de la Torah.

    • Le Shabbat, une parasha entière est lue suivant un cycle annuel.
    • Le Shabbat après-midi, les lundis et jeudis, le début de la section suivante est lue.
    • Lors de certaines célébrations et jeûnes, des sections spéciales, liées à la célébration, sont également lues.

     

     

     

     ORIGINE

     

    Avant Ezra, il y avait également la mitzvah du HAKHEL (Tu rassembleras, Dt 31,10-13), selon laquelle le peuple entier, "hommes, femmes et enfants" (Deut 31:12) devait être rassemblé devant le roi une fois tous les 7 ans, pour entendre la lecture du Deutéronome, le dernier volume du Pentateuque par le roi lui-même. (Talmud traité Sota).

    Le Hakhel était un rassemblement qui se déroulait, à l’époque du Temple, sur son esplanade, pendant ‘Hol Ha Moéd Soukkot, à l’issue de l’année de la Chemitta, celle du Chabbat de la terre, soit une fois tous les sept ans.
    Tous y participaient, hommes, femmes et enfants. Ils se réunissaient, sur cette esplanade du Temple et écoutaient la lecture de la Torah, qui était faite par le roi, se tenant sur une estrade de bois qui avait été spécifiquement dressée à cet effet. Chacun des présents pouvait alors revivre la révélation divine sur le mont Sinaï.
    Aujourd'hui le Hakhel dans le Temple ne s'applique pas, mais les aspects : unité du peuple, renforcement des mitsvot et de la crainte de D-ieu de la mitsva de Hakhel restent en vigueur tout au long de cette année.
    Le point essentiel de l’année du Hakhel est une activité renforcée, quantitativement et qualitativement, afin de rapprocher les hommes, les femmes et les enfants du Saint béni soit-Il, en particulier au moyen d’actions concrètes qui s’inscriront dans les trois domaines que sont la Torah, le service de D.ieu et les bonnes actions. On raffermira, en particulier, le lien, le Hakhel entre tous les enfants d’Israël, l’un envers l’autre, jusqu’à obtenir l’unité totale de tout le peuple, «une nation unique sur la terre» et même l’unité avec le D.ieu Unique, par l’intermédiaire de notre Torah, Torah unique.

     

    La lecture publique le Shabbat a été instituée après l'exil de Babylone.

    Ezra le Scribe prescrit également la lecture bi-hebdomadaire d'une partie de la parasha, le lundi et le jeudi, après son retour sur la terre d'Israël selon Néhémie 8 :

    « Alors tout le peuple s'assembla comme un seul homme sur la place qui est devant la Porte des Eaux. Ils dirent à Ezra le scribe d'apporter le livre de la loi de Moïse, que l'Éternel avait prescrite à Israël. Et Ezra le Cohen apporta la Loi devant l'assemblée, composée d'hommes et de femmes et de tous ceux qui étaient capables de la comprendre, afin de la faire entendre le premier jour du septième mois. Il le lut sur la place qui est devant la Porte des Eaux, depuis le matin jusqu'au milieu du jour, devant les hommes et les femmes et ceux qui étaient capables de le comprendre. Tout le peuple fut attentif à la lecture du livre de la loi. »

     

    Sous Ezra (qui divisa certainement la Torah en versets et sections), la lecture de la Torah devint plus fréquente, à raison de trois fois par semaine, et la congrégation se substitua au roi. La tradition crédite également Ezra d'avoir initié la coutume moderne de réaliser trois lectures par semaine à la synagogue, ce qui semble confirmé par des sources extérieures (voir paragraphe suivant). Cette lecture est une obligation communautaire, non individuelle, et ne se substitue pas à la lecture de l'hakhel sous l'égide du Roi.

    La tradition de lire la Torah est attestée dans des sources extra-bibliques, à savoir les écrits de Flavius Josèphe et Philon d'Alexandrie, ayant tous deux vécu aux alentours de la destruction du Second Temple, au Ier siècle EC, ainsi que de compilateurs romains de la même période.
    Ils notent que les Judéens se rassemblent dans des synagogues, où ils s'occupent de lire la Torah et d'étudier ses règles, alors qu'aucun ne fait mention de la prière en public; la lecture de la Torah l'aurait donc précédée (la prière individuelle est cependant déjà mentionnée dans le Tanakh).

    Aux temps talmudiques, il existait deux rites distincts :en terre d'Israël, on lisait la Torah selon un cycle de 3 ans, alors qu'en Babylonie, il n'était que d'un an, se terminant et recommençant à Sim'hat Torah. Les sections hebdomadaires lues à Babylone étaient donc plus longues que celles lues en Galilée.
    De nos jours, on suit le rite babylonien.
    Le but de la lecture de la Torah était à l'origine d'enseigner ses propos au peuple. Cependant, avec le développement de la Loi orale, elle perdit de son importance, et devint plus rituelle.
    Il n'en reste pas moins que l'étude de la section hebdomadaire (Héb. לימוד פרשת השבוע Limoud parashat hashavou'a) fait partie intégrante de l'étude de la Torah, et donc du quotidien du Juif observant.

    Les rites de la lecture de la Torah sont traités par la Mishna, puis le Talmud, dans le traité Meguila.

     

     

     

     

    La HAFTARAH

     

    À chaque Parasha correspond une HAFTARAH, passage des Prophètes dont le thème correspond à la PARASHHAD lue.

     

    LES 7 MONTEES

     

    Les parashiot sont divisées en 7 sections, entre lesquelles on s'interrompt afin de faire monter un autre fidèle à la Torah (Aliya laTorah). La première aliya échoit traditionnellement à un cohen, la seconde à un Lévi, les suivantes à un Israël (c'est-à-dire un fidèle non-Cohen et non-Lévi).

    La septième aliya contient elle-même une partie, faite de quelques phrases, portant le nom de Maftir, car celui qui lit le Maftir lira la Haftarah. En pratique, on lit tout le septième, on répète ensuite le Maftir, après quoi on lit la Haftara.

     

     

     

     

  •  

     

     

    source : wikipédia


  •  

     

     

     PARASHAH BERESHIT בראשית 

     par Cristallyne 

     

     

     

    PARASHAH BERESHIT N° 1

      

     

    Le cycle de lecture annuel de la Bible vient de recommencer pour les Juifs du monde entier. Après la fête de Simra Torah, on recommence à lire les 5 1ers livres de la Torah.            ( Torah signifie exactement « l’instruction » et non la «loi » ).                                                   

    Chaque semaine le peuple juif lit une parashah portion de la Torah ( quelques chapitres des 5 livres de Moïse ) accompagnée d'une haftarah portion des livres des Prophètes.                                    

     

     

    Le mot « Bereshit »

    Le mot בראשית « Bereshit » traduit en général par « Au commencement », commence par une grande lettre ‘bet’  ב : la maison ( baït ) . Toute la Bible et par conséquent, toute la création est contenue dans cette grande « maison» ( Alain Soued ). C'est la "maison (Bet)  de l'alliance (brit) de feu (esh)" C’est le type de toutes les demeures, la maison de D.ieu et celle de l'homme, le Sanctuaire. L’Eternel parle beaucoup dans la Torah de la Maison d’Israël à laquelle les nations sont appelées à se joindre spirituellement pour former l’Epouse du Messie.

    « Bereshit »  בראשית signifie : premier, d'abord, commencement, meilleur, chef, principal, premier état, les prémices, le plus excellent, le plus précieux.

    « Bara » signifie : "créer", "produire", "faire naître", « former ».
    « shit »  signifie : "exécuter", "préparer", "poser", "placer" (mettre en fondement).

     

    BERESHIT = « par le fondement », « pour le fondement », « le fils ( bar ) est le fondement ».

     
    Dieu a créé la terre à cause du « réshit ».

    Il créa le monde pour :

    - Yeshoua    : appelé le "réshit" 
    - la Torah     : appelée " le commencement de Son chemin " ( Proverbes 8,22 )
    - pour Israël : appelée " le commencement de Sa moisson. " ( Jérémie 2,3 ). ( Rachi )

    Autrement dit : le Créateur a créé le monde et il a posé le FONDEMENT : le MESSIE Yeshoua.

    D’autres interprétations du mot Bereshit donnent : « il créa le feu, le germe de vie, le signe », ou « il y a une lumière dans le signe », « il montre le signe en moi », « chant du désir » et « un chant du signe est arrivé » (Albert Soued – 1985-http://www.esoblogs.net/1924/les-mysteres-de-bereshit/)

    Le but de la création est qu'Israël accepte la Torah et la pratique et qu'elle soit ainsi une lumière pour les nations. 

    Dans le premier mot de la Bible le but final de D.ieu est révélé : le plan de salut de Dieu sur le monde par Yeshoua.

     

     

    D.ieu souverain sur toute la terre et sur Israël

    "Bereshit" : le livre de Genèse commence avec le récit de la Création afin d'établir la souveraineté de D.ieu sur tout l’univers :
    " Il a fait connaître à Son peuple la puissance de Ses œuvres afin de lui donner l'héritage des nations." ( Ps 111,6 )
    « Toute la terre appartient au Saint béni soit-Il. C’est Lui qui l’a créée et Il l’a donnée à qui bon lui a semblé. » (Jérémie 27, 5)


    Si les nations accusent Israël de s'être approprié la terre d'autrui en conquérant les terres des 7 nations de Canaan, Israël pourra donc leur répondre que la terre appartient à D.ieu, qui la donnée à ses peuples et qui la leur a reprise pour la donner au peuple d'Israël. (Rachi)

    Genèse 17.4  Voici mon alliance, que je fais avec toi.
    Genèse 26.4 Je multiplierai ta postérité comme les étoiles du ciel; je donnerai à ta postérité toutes ces contrées; et toutes les nations de la terre seront bénies en ta postérité,
    Psaumes 2.1 Pourquoi ce tumulte parmi les nations, Ces vaines pensées parmi les peuples?

     

     

    Les ennemis d'Israël sont ennemis de D.ieu lui-même

    Le Psaume 83 évoque de nombreux ennemis d’Israël et demande l’intervention de Dieu pour son peuple. Dans ce psaume, on voit 10 groupes conspirant contre Israël. Une lecture de ce texte pourrait être l’annonce d’une attaque future contre Israël par une coalition de nations qui n’a pas encore eu lieu dans l’histoire d’Israël : 
    « Ils forment de perfides complots contre ton peuple, ils conspirent contre ceux que tu protèges : Venez, disent-ils, exterminons-les du milieu des nations, et qu’on ne se souvienne plus du nom d’Israël ! »

    Israël se trouve entouré d’ennemis qui paraissent s’être mis d’accord pour détruire l’État juif. « Car ils disent : Emparons-nous des demeures de Dieu ! En réalité, l’Etat d’Israël est en état d’alerte depuis le 14 mai 1948. Le temps prophétique de notre monde a été marqué à cette date, combien de temps reste-il encore ! Nous devons être attentifs aux signes des temps.

    Le verset 6 place les ennemis d’Israël au rang d’ennemis de Dieu Lui-même : « Ils intriguent tous d’un même cœur, ils font une alliance contre toi ». D.ieu est en contrôle de ce qui se passe et va intervenir.

     

     

    Le "silence des nations"

    Le Premier ministre Netanyahu, dans son discours devant l'Assemblée générale des Nations Unies à New York le 30 Septembre 2015, s’est arrêté au milieu de son discours. Il a dit, « 70 ans après l’assassinat de 6 millions de Juifs, les dirigeants iraniens promettent de détruire mon pays. Assassiner mon peuple. Et la réponse de ce corps, la réponse de près de chacun des gouvernements représentés ici, a été absolument rien! Silence total! Silence assourdissant. » Et Mr Netanyahu s’est tu pendant 45 secondes.

     A VOIR SUR YOUTUBE :    

    https://www.youtube.com/watch?v=3NSXYP67cbU

     

     

    C'était un message puissant, montrant son courage dans la lutte contre les dirigeants du monde qui détestent le peuple juif, et les forçant à affronter la vérité. Nous voyons là en quelque sorte la colère de D.ieu qui aujourd’hui nous appelle dans la défense de Son peuple : c’est "un temps comme celui-ci » ( Esther 4,4 ) et nous devons répondre à cet appel !

     

     

    Souccot

    Il est intéressant que ce « silence des nations » face à Israël menacé s’est passé pendant la fête de SOUCCOT, qui représente prophétiquement, entre autre, par ses 7 jours les 7000 ans de la création d’Adam à l’ère messianique; dans le dernier millénaire les nations monteront vers Israël : « Tous ceux qui resteront de toutes les nations venues contre Jérusalem monteront chaque année pour se prosterner devant le roi, l’Eternel des armées, et pour célébrer la fête des tabernacles. » Zacharie 14:16 « Et l’Eternel sera Roi sur toute la terre. » Le plan de Dieu sera alors accompli : il aura tout réuni en Lui, Juifs et croyants des nations, afin que nous soyons un en Lui. Mais avant toute chose il faut qu’Il revienne à Jérusalem, la ville du Grand Roi ! En attendant, les nations prennent une position contraire et veulent montrer contre Israël pour détruire ce pays où doit venir régner le Messie.

     

     

    Israël "objet de contradiction"

    L’une des particularités de l’histoire du peuple juif est la contradiction qu’il suscite sur toute la terre, déjà décrite dans la prédiction du voyant païen Balaam :  « Oui, de la crête du rocher je le vois, du haut des collines je le regarde. Voici un peuple qui demeure à l’écart, il n’est pas mis au nombre des nations. » (Nb 23, 9).
    La terre d’Israël, qui était au départ faite de sable et de marais, est convoitée. L’antisémitisme est revenu sous la forme politiquement correcte de l’anti-sionisme. Les nations se concentrent à nouveau sur Israël et sur la « question de Jérusalem ».
    «  Tu as fait de nous un objet de contradiction pour nos voisins » (Ps 80, 7).

    Le nombre de « ceux que réjouit la justice [d’Israël] » (cf. Ps 35, 27) diminue. Rares sont les voix qui s’élèvent contre les mensonges qui viennent de partout.
    Aucun rappel de la légitimité de la création de l’État d’Israël n’a été fait par l’Assemblée des Nations Unies.
    Dans les années 1930, la passivité à l’égard des accusations contre les juifs et l’absence de dénonciation des mensonges antisémites ont joué un rôle dans l’absence presque totale de réaction à la mise en œuvre de la Shoah.

    Dieu a prévenu :
    « Qui vous [les juifs] touche m’atteint à la prunelle de l’œil ! » (Za 2, 12).
    Répondrons-nous ? « Sur tes remparts, Jérusalem, j’ai posté des veilleurs, de jour et de nuit, jamais ils ne se tairont. Vous qui remémorez [tout] à L’Éternel, ne restez pas inactifs. Ne lui accordez pas de repos qu’il n’ait établi Jérusalem et fait d’elle une louange au milieu de la terre. » (Is 62, 6-7). 
    L’alyah, « montée » des juifs sur la terre d’Israël s’accroît en raison aussi de ces évènements. C’est la manifestation d’une promesse de D.ieu car Yeshoua veut venir régner sur sa terre sur un peuple de sujets.

     

     

    Veillez et priez

    Tenons-nous spirituellement au front pour la survie d'Israël !
    Les événements en Israël nous confirment que notre génération est celle des "talons du Messie", la dernière génération avant d'autres événements terrifiants et aussi glorieux, et puis avec Son retour. Yeshua nous a dit comment réagir :
    « Prenez garde, veillez et priez; car vous ne savez quand ce temps viendra. » ( Marc 13,33 ).
    « Quand ces choses commenceront à arriver, redressez-vous et levez vos têtes, parce que votre délivrance approche. » ( Luc 21,28 )

     

    -------------------------

     

     

     

     ===) VOIR LES COMMENTAIRES DE LA PARASHAH BERESHIT SUR :

              http://orhatorah.eklablog.com/1-parashat-bereshit-a23268302

     

     

     

     


  •  

     

     

    PARASHAH LE'H LE'HA לֶךְ-לְךָ

    par Cristallyne  

     

     

     

    PARASHAH LE'H LE'HA לֶךְ-לְךָ

     

     

    PARASHA = Genèse 12,1 à 17,27
    HAFTARA = Esaïe 40,27 à 41,36  

     

    • Les 2 premiers millénaires après la création constituent l’ère du chaos. D.ieu traite avec l’humanité d’une façon universelle, puis avec l’humanité plus réduite, avec Noé, qui représente les 70 peuples.
    • Avec l’arrivée d’Abram l’ère de la Torah débute. L’humanité ayant échoué, D.ieu traite avec une personne Abram, descendant de Shem, fils de Noé, et d’Ever, pour la création du 71ème peuple : le peuple juif afin que « toutes les familles de la terre seront bénies en toi » à travers son plus glorieux descendant Yeshoua.
    • Avec la parasha Le’h Le’ha s’ouvre l’histoire biblique du peuple d’Israël.

     

     

    L’APPEL D’ABRAHAM
    Précédemment Noé, avait reçu l’ordre « Fais-toi » une arche ( Gen 6, 14 ). Abram, âgé de 75 ans, « entend » D.ieu lui ordonner « le’h le’ha » = « va pour toi !», « va vers toi »,« va dans ton intérêt et pour ton bien »,  « progresse toute ta vie sur le chemin que Je t’indique », pour dire un jour « j'ai achevé la course, j'ai gardé la foi. » ( 2 Timothée 4.7); « pour toi » = « pour ton bonheur et ton épanouissement si tu agis selon Sa Volonté ».(0)
    L'Éternel révèle à Abram, âgé de 75 ans, habitant alors à Haran en Mésopotamie, Son plan: « Va-t-en לֶךְ-לְךָ de ton pays, de ta patrie, et de la maison de ton père, dans le pays que je te montrerai. Je ferai de toi un grand peuple, et je te bénirai, je rendrai ton nom glorieux, et tu seras un type de bénédiction».
    Le thème principal de cet ordre de D.ieu est un pays et des descendants pour devenir une nation par laquelle toutes les nations seront bénies :  « Je bénirai ceux qui te béniront, et qui t'outragera je le maudirai; et par toi seront heureuses toutes les races de la terre. »
    Le verset « Telles sont les origines du ciel et de la terre, lorsqu'ils furent créés בְּהִבָּרְאָם behibaream » ( Gen 2,4 ) = «  en Abraham », « comme si le ciel et la terre n’avaient été créés qu’en vue de ce mouvement d’arrachement d’Abraham qui va leur donner tout leur sens » (1). Si Abraham est le premier homme à avoir ébauché le dévoilement du D.ieu Unique et Véritable sur la terre, ce sera plus tard le rôle du Messie Yeshoua.

    Comme il y a eu 5 malédictions faites par D.ieu envers Adam et Eve après qu'ils aient mangé le fruit de l'arbre de la connaissance du bien et du mal ( Gen 3,16-19 ), D.ieu donne à Abram 5 bénédictions ( Gen 12, 1-3 ); de même, il y a 5 exils, si on compte la guéoula la délivrance finale qui est aussi un exil en lui-même car il faut que les Juifs rentrent sur leur terre. La parasha nous indique ( selon le Midrash ) que D.ieu demande à Abram d’aller jusqu’au Mont Moriah, là où aura lieu la Aqédat Its’haq ligature d'Ist'haq. On retrouve aussi l'appel le'h le'ha dans la parasha Vayera 2,22 :  « va pour toi לֶךְ-לְךָ au Mont Moriah. »

     

     

    LA TERRE DE CANAAN
    Abram part avec sa femme Saraï, son neveu Lot, et plus de 300 serviteurs et arrive, conduit par D.ieu, au pays de Canaan, dans la région de Chekhem ( Naplouse) : en Israël Abram « voit » D.ieu. En menant Abram en Terre Promise, et en lui promettant de donner ce pays en héritage à ses descendants, D.ieu a donné à cette terre le statut de patrimoine éternel du peuple juif. Abram est qualifié d’« ivri » ( autre rive ) car il est venu à Canaan depuis l’autre rive de l’Euphrate, d’où vient le nom « ivrit » ( hébreu).

     

     

    L’EGYPTE
    Abram et Saraï descendent en Egypte pour échapper à la famine qui éclate dans le Pays Promis, qui ne semble pas capable de pourvoir aux besoins d’Abram et d’une nation entière. Pharaon prend Sara pour femme et la future descendance d’Abram est menacée, mais D.ieu intervient par les plaies. Abrams est testé dans sa foi en La Promesse : le pays et la descendance. Ces épreuves ne sont pas vaines mais constituent un creuset pour le purifier; Abram sera appelé le Père de la Foi.
    Quand Abraham descend en Egypte, le mot Egypte s’écrit ici (Mitsraïma : מִצְרָיְמָה) et non pas (Mitsraïm : במצרים) : celui qui entrait en Egypte n’en ressortait pas ( selon le midrash), car cette terre était une prison du point de vue spirituel et ses frontières étaient bien gardées. « Mitsraïm » vient de la racine « Métsér » qui signifie étroitesse, limites. En effet :

    • מצרים au masculin a sa 1ere lettre מ « Mem » ouverte et sa dernière lettre ם « Mem » fermé, comme une porte d’entrée ouverte et une porte de sortie fermée.
    • מִצְרָיְמָה au féminin a sa 1ere et sa dernière lettre מ « Mem » ouvertes, comme une porte d’entrée et une porte de sortie ouverte pour Abram. (2) 

    Nous voyons Avram qui sort de ses limites lorsqu’il intercède pour Sodome. Il fait tout ce qui est en son pouvoir, toujours prêt à tout abandonner, à reconstruire. C’est la qualité authentique d’Israël, l’histoire d’Israël étant le reflet de la nature juive profonde. La force d’être toujours en mouvement sera donnée à Israël grâce à la terre d’Israël; c’est un mouvement non seulement géographique mais essentiellement moral et spirituel : « de Sion sortira la Torah, et de Jérusalem, la Parole de D.ieu.» (Esaïe 2,3) (3).

     

     

    LA VIE D'ABRAHAM EST PROPHETIQUE POUR SES DESCENDANTS 

    « Les actes des pères sont un signe pour les enfants » Ma’aseh avot siman levanim, מַעֲשֵׂה אֲבוֹת סִימָן לַבָּנִים. Les récits de la Torah ne sont pas des évènements isolés mais sont des images prophétiques. Nous y retrouvons donc des images prophétiques de la personne et de l’oeuvre de Yeshoua.(9) La vie d’Abram est prophétique pour ses descendants. Certains des événements de la descente en Egypte rappellent des événements qui sont arrivés plus tard dans les vies des descendants d'Abram :
    • Abram alla en l'Égypte pour y séjourner. Les enfants d’Israël séjournèrent en Égypte.
    • Les famines de Genèse 12 et 42 étaient toutes les deux sévères.
    • Avant d'arriver en Égypte, Abram convainc Saraï de changer son identité; les égyptiens ne savent pas que Saraï est l’épouse d’Abram. Dans l'histoire de l'Exode, au départ, les égyptiens ne savent pas que le peuple d’Israel est « l’épouse » d’Adonaï.
    • Tout comme Pharaon essaya de prendre possession de Saraï, en la forçant à l’épouser, Pharaon prit possession du peuple d’Israël en l’asservissant.
    • D.ieu envoya des plaies sur Pharaon et sa maison pour avoir pris possession de Saraï. D.ieu utilise des plaies contre Pharaon et l’Égypte pour avoir fait les Hébreux esclaves. Dans les 2 cas, ils sont libérés.
    • Lorsqu’Abram sortit d'Égypte, il emporta de grandes richesses acquises grâce à Saraï. Les enfants d’Israël quittant l’Égypte emportèrent de grandes richesses prises aux Egyptiens.(9)

     

     

    SEPARATION D’ABRAM et LOT
    De retour en Canaan, Lot, veut posséder ses propres terres, alors Abram et Lot se séparent car le pays était insuffisant pour qu’ils demeurent ensemble à cause de leurs innombrables richesses (Genèse 13:6). Cette séparation est une épreuve supplémentaire pour Abram qui a pu envisager que la promesse de descendants allait être accomplie à travers Lot, comme il l’envisagea plus tard avec Eliezer !
    Le mot Lot en hébreu biblique signifie « voile » : « sur cette montagne, il déchirera le voile לּוֹט qui voile tous les peuples, La couverture qui couvre toutes les nations» ( Esaïe 25,7 ) qui empêche de voir la Vérité ! (4). Par la mort de Yeshoua, le voile du Temple sera déchiré. Et l’E.ternel veut nous libérer de tous voiles dans nos vies.

     

     

    LA BATAILLE DES ROIS
    Les 4 rois, originaires de Mésopotamie ont voyagé au delà de la rive est de la Jordanie, en effectuant de nombreuses batailles en chemin. Vers la fin, du sud de la Mer Morte, ils frappent les 5 rois et continuent ensuite vers le Nord, vers Damas par la rive ouest de la Jordanie. Leur contrôle est incontesté sur l’ensemble de la terre de Canaan.(5). D’après le Rav Waxman, Abram aurait pu contrôler toute la région de Canaan suite à sa victoire sur les 4 rois ( qui représentent les 4 exils du peuple d’Israël ), mais il refuse toute récompense de la part de la coalition des 5 rois, et refuse aussi la direction de la terre de Canaan; car plutôt que de prendre de l'avance sur le plan Divin, par la foi il décide d'attendre jusqu'à ce que D.ieu fasse :« je te le ( ce pays ) donnerai ». (Genèse 13:17).

     

     

    SODOME
    Nous y lisons d’abord que Lot s’installe à Sodome bien que ses habitants fussent « très mauvais et pêcheurs aux yeux de D.ieu » ( Gen 13,13 ). Lot est fait prisonnier car " il habitait יֹשֵׁב ( était assis ( cf Psaume 1)) à Sodome . Sodome est dévastée par les armées de Kedorlaomer, Au milieu de la constitution de 2 coalitions militaires et de la guerre des 9 rois de la région, on apprend que Lot a été kidnappé par un des protagonistes. Abram s'était séparé de son neveu et chacun avait suivi "son chemin » : Lot était parti habiter Sodome, une ville perverse où il était possible de gagner sa vie rapidement. Son oncle avait préféré une vie de berger à Hébron où il amenait des personnes vers le D.ieu Unique. « Ayant appris que son frère était prisonnier, Abram arma ses fidèles, enfants de sa maison, 318, et entama la poursuite jusqu'à Dan »( Gen 14,14 ). 318 est la valeur numérique de « yashouv » ( "il reviendra" ou "il fera téshouvah repentance, demi-tour »). Abram cherche donc à faire revenir Lot vers la foi et la sainteté. Abram a la foi en un D.ieu unique et il veut la transmettre avec Son aide : 318 est aussi la valeur de "Eliézer" ou "mon D.ieu aide ! ». 2 anges sous apparence humaine se rendent dans la ville, mais seul Lot leur offre l’hospitalité et les sauve de l’agression de la population; les anges le sauvent, lui et ses 2 filles, et Lot, contraint, finira par quitter Sodome, sans regarder derrière lui (7).
    Abraham supplie D.ieu d’épargner la cité corrompue s’il y a 10 justes. Noé n'a sauvé que sa famille ( 8 personnes avec lui-même ). C'est pour cela qu'Abraham est considéré comme père des nations car il est considéré comme un intercesseur pour les nations. Il a cette vocation par la dimension du 'Héssed la miséricorde divine.
    Le nom de la ville de Sodome est synonyme de perversion sexuelle en français, à cause du récit de la foule exigeant de Lot qu’il leur livre ses invités « pour que nous puissions les violer ». Toutefois, la tradition juive – le Talmud, les Midrashim et les Commentaires – dit que c’est le manque d’hospitalité et leur refus de partager une partie des richesses de la ville avec des étrangers. « Les gens de Sodome étaient corrompus seulement à cause du bien que D.ieu leur avait prodigué... pourquoi devrions-nous souffrir des voyageurs qui viennent chez nous uniquement pour épuiser notre richesse ? Abolissons-donc la pratique de loger les voyageurs dans notre pays...» Ils allèrent jusqu’à appliquer ce décret : « Celui qui donne un morceau de pain à un pauvre ou à un étranger sera brûlé sur le bûcher. » ( le Talmud ), c’est pourquoi D.ieu a décidé de détruire Sodome.
    Sodome est l’opposé d’Abraham, qui est représenté par la Torah comme la bonté même ( hospitalité aux voyageurs, partage les vérités qu’il avait découvertes, prière pour Sodome…), alors que le sodomite est déterminé à garder pour lui-même ce qui est sien. Les gens de Sodome ne sont pas des voleurs (comme le fut la génération du déluge), car même quand ils privaient un intrus de ses biens, ils prenaient soin de le faire d’une manière « légale ». Leur philosophie de base semble assez bénigne : dans les paroles des Maximes des Pères : Celui qui dit : « Ce qui est à moi est à moi et ce qui est à toi est à toi », c’est l’attitude de Sodome.(6). Les évènements actuels nous lancent un challenge également dans ce domaine.

     

     

    MELCHISEDEK
    Abram rencontre Melki- Tsédeq, sacrificateur du Très-Haut El Elyon. Roi de Shalem, à qui Abram paya la dîme après la bataille pour délivrer Lot. Son nom signifie « roi de justice, roi de complétude », comme le sera Yeshoua environ 2000 ans plus tard. Ainsi, avant même l’élection d’Israël d’entre tous les peuples au pied du mont Horeb et l’institution du service au Mishkan Tabernacle, Abram reçoit la révélation du Salut, de Yeshoua, et communie à travers le pain et le vin. « Avant qu’Abraham fût, je suis » ( Jean 8,58 ) et
    « Abraham, votre père, a tressailli de joie de ce qu'il verrait mon jour: il l'a vu, et il s'est réjoui. » ( Jean 8,56 ).
    D.ieu s’est adressé à 2 justes (Noé et Avraham), mais D.ieu s’adresse à Abram en disant : « marche devant Moi » alors que pour Noé, il est précisé que ce dernier « marchait à côté d’Élohim ». Le « marche devant Moi » est plutôt lu comme « Annonce-Moi ! ». Abraham a été choisi pour témoigner de la Torah parce qu’il a eu la révélation la Torah avant qu’elle soit donnée au peuple d’Israël au Mont Sinaï.

     

     

    L’ALLIANCE ENTRE LES MORCEAUX
    Le thème dominant du passage en Genèse 15:1-6 sont les descendants : « c'est bien un homme issu de tes entrailles qui sera ton héritier. » ( Gen 15,4 ). Le thème du passage en Genèse 15:7-21 est le pays. D.ieu fait avec Avram " l'alliance entre les morceaux " ( l'usage pour ceux qui concluaient une alliance était de partager un animal et de passer entre ses morceaux (Jér 34,19 ); Il lui annonce l'exil la galout du peuple juif pendant 400 ans ( il y a 400 ans depuis la naissance d'Isaac jusqu'à la sortie des Hébreux d’Egypte ). Cela parle aussi des 4 exils d'Israël. Lors de cette Alliance, une torpeur tombe sur Avram quand il voit les exils que vivra sa descendance. Toutes les épreuves de l’histoire d’Israël sont comme des étapes de purification pour pouvoir être le réceptacle du dévoilement de la Délivrance finale. (8) car « de Sion sortira la Torah ».

     

     

    HAGAR ET ISHMAEL
    Abram et Saraï sont en train d’essayer de trouver la façon dont Abram peut avoir des descendants, pour que la promesse de D.ieu soit accomplie. Mais c’est Isaac qui sera le « fils de la Promesse », d’où sortiront les tribus d’Israël, et de la tribu de Juda sortira le Messie Yeshoua.

     

     

    ABRAHAM
    La parasha se termine par l’annonce de la naissance d’Isaac, 24 ans plus tard. D.ieu renomme Abram אַבְרָם: « ton nom sera Abraham, car je te fais le père d'une multitude de nations. » ( Gen 17,5 ). Abram signifie père d’Aram, son pays d’origine, et aussi « père élevé, père exalté ». Quand Dieu met la lettre hé ה dans son nom, il introduit la lettre du souffle de la création : Abraham אַבְרָהָם « créé de nouveau » va pouvoir devenir père, et même « père d’une multitude ». D.ieu dit à Abraham : « tout le pays que tu vois sera à toi et à ta descendance, pour l’éternité. »( Gen 13,14 ), « Regarde le ciel et compte les étoiles:…Ainsi… sera ta descendance. » ( Gen 15,5 ). Il le met « au dessus » des étoiles, au dessus de l'ordre matériel du monde. Le yod final de Saraï se transforme en Hé et Abram prend un Hé pour devenir Abraham; D.ieu leur donne la lettre hé de Son Nom יהוה ( Tétragramme ). La valeur numérique de yod est 10, celui du Hé est de 5 : le "potentiel numérique" ne diminue pas dans le couple, il est rééquilibré. Le signe « Hé » est l’instrument de la création et de la vie: une lettre Hé de petites dimensions apparaît dans le mot « béhé-béraam », (Gen 2,4), mot qui veut dire: « avec le « hé » Dieu créa »(http://www.elishean.fr/?p=18548). Les forces contenues dans le « hé » ont le pouvoir de créer à partir du néant. Ce couple peut alors oeuvrer à la transformation du monde car il connaît La Source véritable de ses forces : יהוה D.ieu.

     

     

    L’ALLIANCE DE LA CIRCONCISION
    La parasha se termine par 2 circoncisions :

    1. celle d'Abraham à 99 ans
    2. celle de son fils Ismaël à 13 ans ( Gen 17,1-27).

    Le thème principal de ces versets est la promesse d’un fils afin qu’Abram puisse avoir une multitude de descendants. Cette alliance est importante car ceux qui n'étaient pas circoncis étaient exclus de l’alliance. Ici cela nous parle déjà de la circoncision de nos coeurs: « Vous ôterez l’écorce (l’impureté) de votre cœur » ( Deut 16,10 ), « Et l'Éternel, ton Dieu, circoncira ton cœur et celui de ta postérité, pour que tu aimes l'Éternel, ton Dieu, de tout ton cœur et de toute ton âme, et assures ton existence. » ( Deut 30,6 ). Le fait que la circoncision aie lieu le 8ème jour relie la circoncision à la nouvelle naissance ( 8 = service divin par lequel on peut s’élever, résurrection et éternité future ). « Et c'est en lui que vous avez été circoncis d'une circoncision que la main n'a pas faite, mais de la circoncision de Christ, qui consiste dans le dépouillement du corps de la chair: ayant été ensevelis avec lui par le baptême, vous êtes aussi ressuscités en lui et avec lui, par la foi en la puissance de Dieu, qui l'a ressuscité des morts. Vous qui étiez morts par vos offenses et par l'incirconcision de votre chair, il vous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses » ( Colossiens 2.11-13 ).
    La Torah nous enseigne déjà ici que la foi mène à la justice/justification. « Et il ( Abram ) eut foi en l’Éternel, et l’Éternel lui en fit un mérite צְדָקָה ( justice ). » ( Gen 15,6 ). Ce verset est fondamental, car il nous apprend que nous sommes justifiés par la foi. Tout homme est né coupable et a péché, et ne peut se justifier par ses propres moyens. Nous devons tous d’abord être acquittés, c'est à dire pardonnés de nos péchés. Ce processus est appelé la justification : « le juste vivra par sa foi. »         ( Habacuc 2,4 ). Ce verset est repris par Paul dans Romains 1,16-17 comme la source de la Bonne Nouvelle. (10)

     

     


    HAFTARA Le’h Le’ha
    La HAFTARA est une portion des livres des Prophètes qui est lue à la synagogue après la lecture de la Torah. Elle a un lien avec la parasha. 

    Dans la haftara Le’h Le’ha (Isaïe 40,27 à 41,27), on retrouve Abraham « qui m’aimait (D.ieu) » ( Isaïe 41, 8).

    On voit une ressemblance entre lui et le roi Cyrus, décrit comme l’envoyé de Dieu, pour libérer les enfants d’lsraël et les faire revenir de leur exil en Babylonie. Cyrus vient de l’Orient comme Abraham.
    D.ieu annonce à Abraham l'exil du peuple juif. Cyrus a été appelé par D.ieu pour la réalisation d’une grande promesse : le retour sur leur terre des exilés du peuple d’lsraël.

    Abraham comme Cyrus ont rencontré des obstacles pour réaliser la promesse de D.ieu : Abraham fit la guerre pour libérer Lot et les hommes de Sodome capturés; Cyrus eut des obstacles pour la réinstallation du peuple d’lsraël sur sa terre; il continua à lutter pour les droits de ce peuple et fut vainqueur.
    Cyrus comme Abraham sont fidèles à D.ieu, ont confiance à sa parole et cherchent à remplir leur mission. Ils sont des modèles pour lsraël. (v.31). (12)
    Comme Abraham, chacun doit décider de se lever, de travailler à la reconstruction de la Maison d’Israël ( où le peuple juif et les nations seront bénies ensemble en Yeshoua ), à la réparation du monde tikoun haolam, et d'aider au retour de la présence divine shékina dans ce monde. 

     

     

    PRIERE

    • pour que nous « Vous circoncirez donc votre coeur, et vous ne raidirez plus votre cou ». ( Deut 10,6 )
    • pour que les nations aient un enseignement et une attitude justes envers Israël car « Je bénirai ceux qui te béniront, et qui t'outragera je le maudirai. ».
    • pour qu’Israël dise : « Béni soit celui qui vient au Nom du Seigneur ! » et entre dans sa destinée en acceptant Yeshoua pour apporter Sa lumière aux nations.
    • pour qu’Israël circoncise son coeur pour que « par toi ( Abraham et Israël ) seront heureuses toutes les races de la terre. »
    • pour que les nations se repentent afin d’éviter ceci: « L'Éternel endurcit le coeur de Pharaon… cette fois, je vais envoyer toutes mes plaies contre ton coeur, contre tes serviteurs et contre ton peuple, afin que tu saches que nul n'est semblable à moi sur toute la terre. » ( Exode 9.12 et 14)
    • pour que la volonté de Yeshoua se fasse dans les nations aussi au niveau des territoires « Il donne de l'accroissement aux nations, et il les anéantit; Il les étend au loin, et il les ramène dans leurs limites.»  ( Job 12.23 ) 
    • pour que l’E.ternel nous enseigne Ses Voies : « Le juste connaît la cause des pauvres, Mais le méchant ne comprend pas la science. » ( Proverbes 29,7 )

     

    SOURCES
    (0) Lamed
    (1)https://books.google.fr/booksid=I_ZYiB9DO9wC&pg=PT14&lpg=PT14&dq=vas+pour+toi+bible&source=bl&ots=fuCY05zoBS&sig=yspbiviQo8W56Yp1zgSDIJVCLBY&hl=fr&sa=X&ved=0CEAQ6AEwBmoVChMIkd6j7NHjyAIVgVUaCh0WyQPe#v=onepage&q=vas%20pour%20toi%20bible&f=false ).
    (2) (http://yoelamar.free.fr/Fr/Parashiot/LekhLekha.htm)
    (3) (Dynovisz)
    (4) (Dynovisz )
    (5) Parashat Lekh Lekha, “By What Shall I Know?” de Rav Chanock Waxman, http://www.vbmtorah. org/parsha.62/031lekhlekha.htm.
    (6) (http://www.fr.chabad.org/library/article_cdo/aid/2206914/jewish/Ne-soyez-pas-juste.htm)
    (7) (Albert SOUED http://soued.chez.com/lek%20leka.htm)
    (8) (Dynovisz)
    (9) (https://www.restorationoftorah.org/images/torahportions/french/LekhLekha.pdf)
    (10) (https://www.restorationoftorah.org/images/torahportions/french/LekhLekha.pdf)
    (11) http://blog.qehila.info/7/nos-parachiot/
    (12) http://netiv-david.com/haftara.htm

     

     

     

    ====) VOIR LES COMMENTAIRES DE LA PARASHAH LE'H LE'HA SUR :

                      http://orhatorah.eklablog.com/3-parachat-le-h-le-ha-a23268858 

     

    ______________________________________________________________

     

     

     

     

     

     


  •  

     

      PARASHAH NOA'H נֹחַ

     par Cristallyne 

     

     

     

    PARASHAH NOA'H N° 2

     

     

     


    PARASHA ( portion de la semaine des 5 premiers livres de Moïse) = Genèse 6:9 à 11:32
    HAFTARA ( le texte des prophètes en lien avec la parasha )          = Esaïe 54:1 à 55:5   

     

     

    LE NOM DE NOE
    Le nom de Noé en hébreu Noah נֹחַ signifie « repos, tranquillité »; il est formé des 2 lettres Noun et Het. Inversées, ces 2 lettres forment le mot 'Hen grâce; les 2 mots figurent dans Genèse 6,8 : « Mais Noé נֹחַ avait trouvé grâce חֵן aux yeux de Yahvé ».

     

    CREES POUR LE REPOS
    Le but de la création du monde est le repos en D.ieu : « Dieu bénit le 7ème jour et le proclama saint, parce qu'en ce jour il se reposa « revenir, s’asseoir ou cessation » de l’œuvre entière qu'il avait produite et organisée.» ( Gen 2, 2 ). D.ieu crée en 6 jours et confie à l’homme la terre dont celui-ci est issu, et Il entre dans son « shabbat » : Il maintient le monde et Il réagit à ce que fait l’homme avec ce monde. L'homme doit connaître ( « naître avec » ) D.ieu et transformer ce monde pour en faire Sa maison.
    Célébré par les juifs chaque semaine, le shabbat rappelle à l’humanité le but de la Création du monde : la rédemption finale, où Yeshoua règnera sur la terre et où l’Eternel sera Un et son Nom un. Le verset « Au commencement D.ieu créa le ciel et la terre » ( Gen 1,1 ) comprend 6 fois la lettre aleph qui a pour valeur numérique 1000 : le monde aurait été programmé pour 6000 ans de gestation avant de rentrer dans l’ère du shabbat et de la délivrance guéoula de l’humanité.
    Yeshoua est notre Repos : « qu'ils ( mes shabbats ) soient entre moi et vous un signe אוֹת auquel on connaisse que je suis l'Éternel, votre Dieu. » ( Ezéchiel 20,20 ).

    Le shabbat a été donné à l’homme par D.ieu des milliers d’années avant l’existence d’un juif, comme signe de Sa grâce en Yeshoua : « Et à qui jura-t-il qu'ils n'entreraient pas dans son repos, sinon à ceux qui avaient désobéi ?…ils ne purent y entrer à cause de leur incrédulité…Craignons donc, tandis que la promesse d'entrer dans son repos subsiste encore, qu'aucun de vous ne paraisse être venu trop tard…Il y a donc un repos de shabbat réservé au peuple de Dieu.» ( Héb 4, 1 et 9-10) car il « nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ. » ( Eph 2,6 )

     

    LE DELUGE
    Les 10 générations d’Adam à Noé ont abouti à un échec : « ils ont rempli la terre de violence ( hamas ); voici, je vais les détruire avec la terre. » ( Gen. 6,11 ) par un déluge הַמַּבּוּל מַיִם une « confusion d’eau », car « La terre était corrompue devant Dieu, la terre était pleine de violence…car toute chair avait corrompu sa voie sur la terre. » ( Gen 6,10-11 ).

    En hébreu le mot terre se dit Adama « terre, sol, argile » et signifie Adam-ma « qu’est-ce que l’homme ? »; s’y trouve aussi le mot dam « sang ». 2105 ans avant la naissance de Yeshoua, pendant 150 jours le déluge agit comme un mikvé « bain rituel » pour purifier le monde avant que D.ieu crée le peuple qu’Il s’est choisi, le peuple juif, et qu’Il lui donne sa Torah au Mont Sinaï, afin qu’il soit lumière pour les nations. De ce peuple sortira le Messie Yeshoua venu pour réconcilier les hommes avec le Père et leur donner Son repos.

     

    L’ALLIANCE
    Le mot « alliance » apparaît ici pour la 1ère fois dans la Torah: l’Eternel dit à Noé: «  Mais j'établis mon alliance avec toi; tu entreras dans l’arche, toi et tes fils, ta femme et les femmes de tes fils avec toi. » (Gen 6,17-18 ). « car c'est toi que j'ai reconnu juste parmi cette génération. » ( Gen 7,1 ). Noé craignait D.ieu; mais comme, selon la tradition, il n’aurait pas amené sa génération à se repentir, le déluge est appelé « eaux de Noé » ( Es.54,9 ), comme pour mentionner la responsabilité qu’il aurait dans ce désastre mondial, qui démarra en l’an 1656 de la Création.

    Abraham avait intercédé pour sa génération : « Peut-être s'y trouvera-t-il 10 justes. Et l'Eternel dit: Je ne la ( Sodome ) détruirai point, à cause de ces 10 justes. » ( Gen 18,31 ). Jérémie avait intercédé pour 1 seul juste: « Parcourez les rues de Jérusalem, Regardez, informez-vous, cherchez dans les places, s'il s'y trouve un homme, s'il y en a un qui pratique la justice, qui s'attache à la vérité, et je pardonne à Jérusalem.» ( Jér. 5,1 ). Pour Esaïe, le juste est celui qui porte la souffrance et le péché de son peuple : Yeshoua, le Juste, l’intercesseur par excellence, ira jusqu'au bout de l'amour pour sauver le monde.

     

    L’ARCHE
    Noé construit l’arche pendant 120 ans; les hommes ont le temps de faire téchouva se repentir mais ne le font pas. Le nombre 120 est celui des jours de l’homme :« Alors l'Éternel dit : Mon Esprit ne restera pas toujours dans l'homme, car celui-ci n'est que chair, et ses jours seront de 120 ans. » Gen 6, 3 ); consacrons nos jours à servir D.ieu. 


    Le terme arche תבה téva apparaît avec Noé, et aussi en Exode 2 : c’est le panier dans lequel Moïse bébé fut mis par sa mère sur le Nil. Dans les 2 cas, l'arche est l'outil d'un sauvetage qui conduira au salut d’un peuple tout entier.


    L’arche fait référence à la parole : téva signifie aussi le "mot". Quand D.ieu dit à Noé (Genèse 6. 14) : « fais-toi une arche », il lui dit « fais toi un nouveau langage ( lachone ) », car à l’époque de Noé les mots étaient utilisés pour faire régner la violence ( Hamas). La parole n’est plus là en tant que force créatrice, et là où la parole est absente, la violence reprend le dessus sur l’humanité. « La mort et la vie sont au pouvoir de la langue ». (Proverbes, 18,21). Pour sortir de la violence, il nous faut entrer dans le « mot » pour en retrouver toutes les profondeurs. Les dimensions de l’arche ( Longueur = 300 coudées - Largeur = 50 coudées - Hauteur = 30 coudées soit un total de 380 ) ont pour valeur numérique celle du mot « lachone » qui signifie la langue (à la fois organe physique et langue d’un pays (https://books.google.fr/booksid=dnErAgAAQBAJ&pg=PT119&lpg=PT119&dq=arche+téva+hébreu&source=bl&ots=RDG75bPd7U&sig=-TR_yONGwIovnmXZBps_xNWFQI&hl=fr&sa=X&ved=0CEoQ6AEwB2oVChMIrOrGqOrJyAIVAscaCh1Upgzp#v=onepage&q=arche%20téva%20hébreu&f=false ).


    L’arche fait référence à la Parole de D.ieu créatrice et puissante qui est « l’arche » qui nous garde. La Parole organisée par D.ieu est donnée dans le désert au peuple des Hébreux au Mont Sinaï : c’est le don de la Torah, parole et lumière : « En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes » ( Jean 1,4 ).
    L’arche fait référence à Yeshoua : l’analyse des lettres du mot "téva" donne « le signe en elle ». Yeshoua est le signe אוֹת ! La valeur numérique des dimensions de l’arche nous parle aussi des attributs divins de l'Arbre de vie : l’arche est non seulement un lieu de survie physique, mais elle annonce un retour spirituel.( http://soued.chez.com/arche.htm)

     

    LE MONT ARARAT


    L’arche vint se poser sur un volcan dans l’Est de l’Arménie à environ 5165 mètres d’altitude ! Son nom Ararat signifie « le fléau est renversé » : à la croix Yeshoua a annulé la condamnation qui séparait l’homme de D.ieu. 365 jours après le début du déluge, qui dura 40 jours ( 40 comme le temps nécessaire pour mener un processus jusqu’à son but ), Noé et sa famille peuvent quitter l’arche avec les animaux.


    D.ieu HASHEM יְהוָה    ( miséricorde ) ordonna à Noé d’entrer dans l’arche avec sa famille.
    D.ieu ELOHIM אֱלֹהִים ( justice - Tout-Puissant qui domine la nature) lui ordonna de quitter l’arche et de reconstruire le monde en le repeuplant.

     

    LA COLOMBE ET LA FEUILLE D’OLIVIER
    « La colombe revint vers lui sur le soir, tenant dans son bec une feuille d'olivier fraîche. » (Gen 8,11). « La colombe est le symbole de l'âme renouvelée dans l'arche de la transformation.»(Alain Soued).

    Il est urgent pour le peuple d’Israël de découvrir son Messie et pour les nations de redécouvrir le Messie d’Israël afin de former une seule maison, en ôtant les murs de séparation, et d’être cet olivier verdoyant dont la sève est Yeshoua; la Parole est la racine commune « qui te porte » ( Romains 11,18 ). Dans cette compréhension du Royaume, le Seigneur nous utilise comme des instruments pour le tikoun « la réparation de la brisure du monde ou correction du monde ». Israël, microcosme représentant toutes les nations ( car elle comprend des juifs de toutes les nations), est aussi pour D.ieu un instrument de réparation et aussi de jugement du monde.

     

    L’ARC EN CIEL
    Suite au feu sur l’autel ( l’adoration ) fait par Noé et son « odeur agréable », D.ieu lui dit: "C'est là le signe אוֹת de l'alliance que j'ai établie entre moi et toutes les créatures de la terre." ( Gen 9,13 )
    Signe « אוֹת Ot » signifie « lettre », mais aussi « signe, miracle, présage ». Yeshoua est le signe et la Parole qui a existé avant la Création du monde : « Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Elle était au commencement avec Dieu. Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans elle.… » ( Jean 1, 1-2 ).


    L’arc-en-ciel,"qeshet" en hébreu, est symbole de cette alliance entre ciel et terre qui indique que la terre ne subira plus la destruction par l’eau, ou que « l’Eternel peut avec son arc envoyer des flèches de sa Parole pour nous ramener sur le chemin de la Vérité » :« je le regarderai, pour me souvenir de l'alliance perpétuelle entre Dieu et tous les êtres vivants, de toute chair qui est sur la terre. » ( Gen 9,16 )
    L'arc bandé est le signe que l’ancien fondement a été retranché, que Dieu est intervenu pour changer l'ordre ancien et qu'une nouvelle humanité est née. L’arc-en-ciel est l'espoir de retrouver la lumière originale ( qui est Yeshoua ) qui existait dès avant la Création et qui s'est cachée/voilée depuis la faute.
    La valeur numérique du mot « Arc » est 800; le chiffre 8 comporte le symbole de la résurrection et de l’éternité.

     

    LA TOUR DE BABEL
    Pendant 10 générations, les descendants de Noa’h sont un peuple avec une même langue ( selon des midrashim cette langue était le lachon kodesh l'hébreu ). Ces peuples, qui pouvaient rencontrer Noé, Shem et Abraham, ont donc entendu parler du déluge, et se sont groupés à Babel, l’Irak actuel.
    Mais, se prenant pour des dieux ( comme satan avait dit à Eve « vous serez comme D.ieu. »( Gen 3,5 ) ), ils décident de se faire un nom, en créant une pensée unique sans D.ieu et en construisant une tour pour atteindre le ciel.

    La ville s'appelle Babel c'est à dire confusion; c’est la pensée religieuse qui mélange les choses du ciel et de la terre, alors que le plan de D.ieu était de choisir une ville, Jérusalem, où Il allait placer le Temple, pour y faire demeurer Son Nom qui serait adoré.

    D.ieu disperse les hommes en 70 langues. Noé devient le père de l’humanité : 70 nations proviennent de lui (http://orhatorah.eklablog.com/2-parachat-noah-a23100979). Un jour, ces 70 nations ( le monde ) pour qui furent offerts des sacrifices dans l’ancien Temple reconnaîtront le Dieu Unique !

     

    LE PECHE ET LE JUGEMENT
    Le jugement de D.ieu est aussi un acte de miséricorde. Ici, il s’agit d’un exil à chaque fois:

    • Adam et Eve désobéissent dans le jardin d’Eden =) la sortie du Gan Eden.
    • Caïn commet un meurtre                                  =) l’errance sur la terre. 
    • 10 générations d’Adam à Noé se corrompent      =) le déluge
    • 10 générations de Noé à Abraham se rebellent   =) la dispersion en nations.

     

    Selon le midrash, le Psaume 1,1 fait, entre autre, allusion à Noé et aux générations au sein desquelles il vécut :« Heureux l’homme qui ne suit point les conseils des méchants, qui ne se tient pas dans la voie des pécheurs et ne prend point place dans la société des railleurs ». Noé cet homme « heureux »:

    1. ne suit pas les « conseils de méchants » = la génération d’Enoch : « Alors on commença à invoquer le nom de l’Eternel. » ( Gen 4, 26); Enoch connaissait D.ieu comme Créateur de toute chose, mais il aurait choisi de « profaner » Son Nom en l’attribuant également à tous les êtres de la Création : ils se sont compromis, croyant être fidèles à D.ieu, tout en ne perdant rien de ce que ce monde avait à leur proposer : ils croyaient qu’en servant leurs tentations et désirs, ils servaient en réalité D.ieu.
    2. ne se tint pas dans les « voies des pécheurs » = la génération du déluge. « La terre s’était corrompue, toute créature avait perverti sa voie sur la terre. » ( Gen 6, 11), aussi en péchant par des actes à priori minimes, mais qui vont à l’encontre de l’éthique et la morale les plus essentielles, et de la Parole.
    3. ne prit pas place dans une « société de railleurs » = la génération de la tour de Babel. Le midrash dit qu’ils voulaient placer une idole tenant une épée à son sommet pour défier le Maître du monde. Au lieu de contrer une idéologie par un argumentaire rationnel, le railleur exprime sa rébellion et son mépris, et tourne ses opposants en dérision. La seule réponse est de « ne pas prendre place dans cette société »; c’est pourquoi D.ieu décida de disperser ces hommes sur la surface du globe. (Par Yonathan Bendennnoune, en partenariat avec hamodia.fr - http://www.chiourim.com/trois_chemins_–_trois_générations.html ). « C'est pourquoi les méchants ne résistent pas au jour du jugement, Ni les pécheurs dans l'assemblée des justes » ( Ps 1,5 )

     

    ACTUELLEMENT
    Au moment où des attentats meurtriers se succèdent en Israël, l’enseignement de la parasha de cette semaine est pertinent. Le déluge a été la réponse de D.ieu à la violence des hommes selon la mesure de D.ieu « mesure contre mesure » mida kénégèd mida.« Je te corrigerai avec mesure ( jugement ). » ( Jér 30,11 ).
    D.ieu a purifié la terre corrompue par le déluge. « L'Éternel était sur son trône lors du déluge; l'Éternel sur son trône règne éternellement. » ( Ps 29,10 ).
    Dans sa pédagogie, D.ieu juge d’abord son peuple Israël- « il purifiera les fils de Lévi » ( Mal. 3, 3 ) -pour le purifier de toutes les impuretés qu’il a reçues par ses propres fautes et à travers les siècles passés dans les nations ( suite à la séparation des nations d’avec la maison d’Israël), afin que son peuple règne un jour avec le Roi.


    Aujourd’hui des personnes glorifient la violence et le meurtre et justifient leurs actes par des griefs et des circonstances. Chaque vie humaine est précieuse et chacun a la responsabilité de protéger la vie (Gen 9,1-7). Si les nations qui soutiennent ces meurtriers ne se repentent pas, elles risquent d’être également jugées selon la mesure de D.ieu. Ce qui se passe en Occident, qui commence à voir les mêmes attaques qu’Israël, semble être le résultat de l’absence de soutien et de la condamnation mensongère de ces nations envers Israël.

    D’autre part, depuis le début de la guerre en Syrie, la diaspora syrienne, établie en Amérique, en Afrique, en Australie et en Europe est évaluée à 15 millions de personnes selon le ministère syrien des expatriés, sur une population totale évaluée à 22,5 millions de Syriens (en 2011); ils constituent la plus importante population de réfugiés au monde relevant de la compétence du Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR). (https://fr.wikipedia.org/wiki/Diaspora_syrienne). Aux Syriens exilés dans le monde, il faut aussi ajouter le nombre de Syriens déplacés dans leur propre pays soit 6,5 millions. Le haut-commissaire de l’ONU pour les réfugiés avait annoncé en juin dernier que le nombre total des réfugiés de différentes nations recensés sur l’ensemble de la planète avait dépassé le 1/2 milliard pour la 1ère fois depuis 1945 ( sur 7,35 milliards d’habitants au 1er juillet 2015). (http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/Le-nombre-de-refugies-syriens-en-forte-augmentation-2015-01-07-1263523).

     

    RAPPORT ENTRE LA PARASHA ET LA HAFTARA
    Le rapport entre la parasha et la haftara Noé est, entre autre, que le Seigneur compare sa fidélité éternelle avec Israël à son alliance éternelle avec Noé et toute la création. D.ieu rétablit avec compassion Israël comparée à une épouse rejetée: « Certes, je ferai en cela comme pour les eaux de Noé: de même que j'ai juré que le déluge de Noé ne désolerait plus la terre, ainsi je jure de ne plus m'irriter ni diriger des menaces contre toi. Que les montagnes chancellent…ma tendresse pour toi ne chancellera pas, ni mon alliance de paix ne sera ébranlée,dit Celui qui t'aime, l’Eternel! »(Es.54,9-10 )
    La Parole montre qu'à la fin des temps, avant le retour du Messie « le reste d'Israël et les réchappés de la maison de Jacob…s’appuieront avec confiance sur l'Eternel, le Saint d'Israël, le reste reviendra, le reste de Jacob, au Dieu puissant. » ( Es 10,20 ).


    D.ieu révéla à Abraham ce qu’il allait faire à Sodome, la ville la plus dépravée de l’époque, afin qu’il intercède pour obtenir miséricorde pour elle : « je ne souhaite pas que le méchant meure, mais qu'il renonce à sa voie et qu'il vive!» ( Ezéch. 33,11 ).


    D.ieu est entrain d’allumer des flammes partout sur la terre : des personnes se lèvent dans l’étude de la Parole, l’adoration et l’intercession. « Si vous êtes les enfants d’Abraham, faites les oeuvres d’Abraham. » ( Jn 8,39 ). D.ieu peut minimiser, retarder ou même annuler ses jugements si l’on intercède selon sa Parole, avec Sa Parole !

     

     

    PRIERE 

     

    • pour qu’Israël fasse alliance avec son Messie Yeshoua : « Prêtez-moi l'oreille et venez à moi, écoutez et votre âme renaîtra, et je vous accorderai une alliance indissoluble, les bienfaits durables promis à David. » ( Esaïe 55,3 )

     

    • « Demandez la paix de Jerusalem; ceux qui t'aiment prospéreront. » ( Ps 122,6 ), « …élève Jérusalem au-dessus de la première de mes joies. » ( Ps 137,6 )

     

    • pour que Dieu se révèle avec des visions et avec puissance aux jeunes meurtriers qui sont trompés, privés d’avenir et de leur salut éternel « Et ils bandent leur langue, leur arc de mensonge, et ils ne sont pas vaillants dans le pays pour la fidélité; car ils passent d'iniquité en iniquité, et ne me connaissent pas, dit l’Eternel. » ( Jér 9,3 )

     

    • pour des adorateurs de D.ieu et non des personnes avec « l’esprit de la génération de Babel » : « Alors je donnerai aux peuples des lèvres pures, afin qu'ils invoquent tous le nom de l'Eternel, Pour le servir d'un commun accord.» ( Sophonie 3,9 ).

     

    • pour que nous veillions et priions attendant la venue de Yeshoua : « Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même à l'avènement du Fils de l'homme. Car, dans les jours qui précédèrent le déluge, les hommes mangeaient et buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu'au jour où Noé entra dans l'arche; et ils ne se doutèrent de rien, jusqu'à ce que le déluge vînt et les emportât tous: il en sera de même à l'avènement du Fils de l’homme. » ( Math 24,37-39 ).

     

    • pour que D.ieu nous rende justes et veilleurs pour le monde : « s’il n'a pas épargné l'ancien monde, mais s'il a sauvé Noé, lui huitième, ce prédicateur de la justice, lorsqu'il fit venir le déluge sur un monde d'impies; s'il a condamné à la destruction et réduit en cendres les villes de Sodome et de Gomorrhe, les donnant comme exemple aux impies à venir, et s'il a délivré le juste Lot, profondément attristé de la conduite de ces hommes sans frein dans leur dissolution (car ce juste, qui habitait au milieu d'eux, tourmentait journellement son âme juste à cause de ce qu'il voyait et entendait de leurs oeuvres criminelles); le Seigneur sait délivrer de l'épreuve les hommes pieux, et réserver les injustes pour être punis au jour du jugement » ( 2 Pierre 5-6 et 9 ).

     

     

     

       ==== ) VOIR LES COMMENTAIRES DE LA PARASHA NOA'H SUR :

     

                     http://orhatorah.eklablog.com/2-parachat-noah-a23100979 

     

    ______________________________________________________________

     


  •  

     

    LE LIVRE BERESHIT / GENESE      ספר בּראשׁית

    par Cristallyne  

     

     

     

    LE LIVRE BERESHIT

     

     

     

    • C'est le 1er livre de la Torah (Torah signifie exactement « l’instruction », «enseignement » ).                                                                                          
    • C'est le premier livre du 'Houmash Pentateuque, les 5 livres de Moïse qui sont les 5 premiers livres de la Torah "Ramicha roumché torah" : les 5 cinquièmes de la même Torah, il s'agit du même enseignement de la Torah qui se diffuse dans 5 cinquièmes.                                                                                                      

         

    NOMS

    • Il s'appelle aussi le "Livre de la Genèse".
    • Le livre de Bereshit est appelé « séfer hayachar » « le livre de la droiture » comme les patriarches qui étaient droits avec tous les hommes  (http://www.mptorah.net/B%C3%A9r%C3%A9chith_1200_2.html)
    • Béréshit est appelé aussi le « Livre des Engendrements ».

     

     

        5 CATEGORIES DE LIVRES

    • 5 catégories de livres : SÉFèR = chaque livre a un degré de dévoilement. Il y a un degré de dévoilement pour Berechit, un autre pour CHEMOT…
    • Béréshit : ouverture du 1er de ces degrés.
    • Ce livre parle un peu de la Création du monde ( quelques versets ) mais de la création de l'identité d'Israël : dizaines de générations de l'humanité qui vont se succéder.  midrash : comme une personne gamine le sable jusqu'à la découverte de la pépite : Noah, puis on retentisse jusqu'à Abraham.
    • Entre Béréshit et EXODE il y a un monde : on passe de l'identité d'une famille humaine, la famille d'Abraham Isaac et Jacob et ses 12 fils, à l'identité d'une nation née en Egypte et qui va sortir d'Egypte. = autre niveau de révélation du projet du Créateur. 
    • Les 3 premiers livres sont dans la dimension de projet, les 2 derniers dans la dimension de réalisation.
      Le 4ème BAMIDBAR = chute entre le projet et la réalisation
      5ème : DEVARIM = on se rétablit. ( d'après Akadem )

     

     

     


     

    sources :

    • http://www.akadem.org//sommaire/paracha/5767/parachat-hachavoua-5767/berechit-une-double-creation-12-09-2006-6745_4314.php 

     

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique